2019
Archives
2018
28
2017
27
2016
26
2015
25
2014
24
2013
23
2012
22
2011
21
2010
20
2009
19
Films par
journée
Jeu
24
Ven
25
Sam
26
Dim
27
Lun
28
Mar
29
Mer
30
Jeu
31
Ven
01
Sam
02
Dim
03
Édition
 

Luc Bourdon

Réalisateur

 

Présences :

22 Janvier : À partir de 19 h, pour la projection unique de La part du diable (lieu à confirmer, surveillez notre page Facebook et notre site internet)
23 Janvier : De 14 h à 17 h, lors de sa Classe de maître De la mémoire du son et des images, Auditorium du Cégep de Sept-Îles

 

Né à Montréal, Luc Bourdon a signé des œuvres de genres divers (documentaire, fiction, expérimentation, installation) qui font une place prépondérante à l’histoire et à la mémoire.

Ces notions se retrouvent au cœur de son premier long métrage qu’il réalise à l’Office national du film du Canada, La mémoire des anges (2008). Ce portrait impressionniste du Montréal des années 1950 et 1960, tout en musique, en chansons et en images, a été nommé parmi les 10 meilleurs films canadiens par le Toronto Film Group; il a remporté le prix décerné au meilleur long métrage canadien (Prix Focus - Cinémathèque québécoise) lors du Festival du nouveau cinéma de Montréal et il a été mis en nomination pour le Jutra du meilleur documentaire ainsi que pour le Prix AQCC décerné au meilleur film de l’année 2008.

Ses documentaires réalisés pour la télévision Petit voyage dans les coulisses d’une école (1997 - TQ), Behind the scenes (1998 - Bravo) De la parole aux actes (2000 - TQ), Le Québec vu par… (2004 – TQ, RDI, TFO), La Grande Bibliothèque (2005 - TQ), Classes de maîtres (2008 - TQ) ou Un musée dans la ville (2011 - SRC, ARTV) proposent des univers impressionnistes et immersifs qui témoignent de la richesse des univers abordés.

Luc Bourdon a participé à divers comités de réflexion, jurys et conseils d’administration. De 1991 à 2012, il a enseigné la pratique vidéo et le cinéma à titre de chargé de cours successivement à l’UQAC, l’Université Concordia, l’École nationale de théâtre du Canada, l’Université de Montréal et fut directeur du Programme Documentaire à L’INIS (2009-2012).

Luc Bourdon

 

Paul Doucet

Acteur

 

Présences :

24 janvier : à partir de 19 h, lors de la Soirée d’ouverture, Salle Jean-Marc-Dion
25 janvier : aux représentations du film L’amour, à 13 h 30 et 15 h 55, Ciné-Centre de Sept-Îles

 

Au cours des 20 dernières années, Paul Doucet multipie les présences au théâtre, à la télévision et au cinéma, interprétant en anglais et en français des rôles aussi nombreux que variés.

À la télévision, il joue avec brio le rôle titre dans la série Jean Duceppe. Sa performance lui vaut le prix Gémeaux d'interprétation en 2002. On le voit ensuite dans Musée Éden et Mauvais Karma, puis plus récemment dans Mensonges et Unité 9. Il est de la distribution des  Pays d'en haut dont la 4e saison est en tournage présentement, et Conséquences de Lyne Charlebois, qui seront diffusées dès janvier 2019.

La carrière de Paul Doucet au cinéma a débuté en 1994 comme acteur de soutien dans Erreur sur la personne de Gilles Noël. En 2007, il se fait remarquer dans le rôle de Rémi dans le très populaire film Les 3 p’tits cochons de Patrick Huard qui lui vaut une nomination pour rôle de soutien au Gala des Jutra en 2008.

S'en suivent des rôles tout aussi variés que remarquables : Benoit, policier souffrant de détresse psychologique dans la comédie Filière 13 aussi de Patrick Huard, Luc Bisaillon, ce père en détresse du manque de voir son fils dans La Garde de Sylvain Archambault, le Premier Ministre du Canada dans Guibord s'en va t'en guerre de Philippe Falardeau, David, autre père au lourd passé dans Early winter de Michael Rowe. Le film a reçu le grand prix du jury à la Mostrade Venise principalement grâce à l'interprétation de grande qualité des acteurs Paul Doucet et Suzanne Clément.

 

 
Paul Doucet

 

Vincent Graton

Acteur

 

Présences :

 

25 janvier : À la représentation du film Quand les pouvoirs s’emmêlent, à 21 h 10
26 janvier : Aux représentations de 15 h 10 et 19 h 05
27 janvier : À la représentation de 10 h 00, Ciné-Centre de Sept-Îles

 

Diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 1981, Vincent Graton a surtout été remarqué à la télévision. Du Parc des braves à L’Héritage en passant par Le Retour, Chambres en ville, La Vie, la vie, Tout sur moi, Tactik, 19-2, L’Auberge du chien noir et Au secours de Béatrice, Vincent marque l’univers télévisuel. En 2018, il fait aussi partie d’Une autre histoire réalisée par Brigitte Couture.

Par ailleurs, il maîtrise l’art de la chronique et de l’animation. Il a été co-animateur de l’émission Des kiwis et des hommes, animateur de Toxique, La culture pour ou contre, Ma caravane au Canada, Ma caravane au Québec et Le goût du pays.

Au théâtre, il a été de la distribution de plusieurs pièces dont La mort d’un commis voyageur chez Duceppe, Les années au théâtre de Quat’Sous, Les 5 Nô modernes au Théâtre du Rideau Vert, Galilée, Roméo et Juliette au TNM et La petite scrap.

On a aussi vu Vincent dans Familia de Louise Archambault et La Brunante de Fernand Dansereau. De plus, il est le personnage principal du documentaire Quand les pouvoirs s’emmêlent.

On peut l'entendre à la radio du lundi au jeudi à l'émission Gravel le matin en tant que chroniqueur/collaborateur.
Vincent Graton

 

Pierre-Luc Lafontaine

Acteur

 

Présences :

 

24 janvier : À partir de 19 h, lors de la Soirée d’ouverture, Salle Jean-Marc-Dion
25 janvier : Aux représentations du film L’amour, à 13 h 30 et 15 h 55, Ciné-Centre de Sept-Îles

 

Pierre-Luc Lafontaine est un travailleur acharné assumé depuis sa prime jeunesse. Son amour vorace et insatiable pour le septième art l’a entraîné précocement à incarner une multitude de premiers rôles au cinéma et au petit écran.

Ce fut le cas pour les personnages d’Hugo dans la populaire télésérie La galère, à Radio-Canada, Thomas dans la série jeunesse Jérémie, Karl dans la télésérie Destinées, Bastien dans la série jeunesse Subito texto, Julien dans la série humoristique de V Ça décolle! et Dany dans la troisième saison de Marche à l’ombre.

Pierre-Luc s’est aussi démarqué dans les films Tout est parfait, 5150 rue des Ormes, Le poil de la bête, Coteau rouge, Ressac, La vérité, Sarah préfère la course, Tu dors Nicole, The Death and Life of John Donovan inc., L’amour et Une manière de vivre.

En 2011, âgé de 19 ans, il a réalisé, scénarisé et produit son premier court-métrage, Lumière dans la nuit. Celui-ci a été présenté en première au Festival international du court-métrage de Toronto dans la sélection officielle, puis a remporté le prix du meilleur scénario remis par la SARTEC lors de Regard, festival international du court-métrage au Saguenay. La même année, Lumière dans la nuit a été présenté au volet Short Film Corner du Festival de Cannes dans la sélection Canada Shorts, le tout chapeauté par Téléfilm Canada.

 

 
Pierre-Luc Lafontaine

 

Simon Plouffe

Réalisateur

 

Présences :

 

24 janvier : À partir de 19 h, lors de la Soirée d’ouverture, Salle Jean-Marc-Dion
25 janvier : Aux représentations du film Ceux qui viendront l’entendront à 13 h 35 et 18 h 45
26 janvier : À la représentation de 10 h 00, Ciné-Centre de Sept-Îles

 

Originaire de Rouyn-Noranda, Simon Plouffe vit et travaille à Montréal. Ses expériences de travail comme preneur de son l'amènent à explorer des univers sonores tant au niveau de la création que de la conception. Il réalise son premier documentaire L’or des autres, donnant la parole aux citoyens de Malartic, en Abitibi, qui sont confrontés à l’implantation d’une mine d'or à ciel ouvert au cœur de leur ville. Son deuxième long métrage documentaire Ceux qui viendront, l'entendront a reçu le Prix du Jury à la 56e édition du Festival de Ann Arbor ainsi que le prix du meilleur documentaire au festival autochtone Ficwallmapu au Chili en octobre 2018.

 
Simon Plouffe

 

Nicolas-Alexandre Tremblay

Co-réalisateur

 

Présence :

 

3 février : À partir de 14 h 30, lors de la Cérémonie de clôture, Salle Jean-Marc-Dion

 

Diplômé à la maîtrise en relations internationales et en réalisationdocumentaire à l’INIS, Nicolas-Alexandre fait d’abord ses premières armes cinématographiques comme technicien de plateau, puis comme réalisateur/monteur. Depuis son arrivée à Montréal en 2012, il cumule les expériences en tant que réalisateur, caméraman et monteur de contenu télévisuel, corporatif et interactif. En parallèle, il écrit et réalise des courts et deux longs métrages documentaires qui seront sélectionnés dans plusieurs festivals ici et à l’international. Citoyens de nulle part, son premier long métrage a notamment été nominé pour le prix Amnistie internationale. Les Coasters, son dernier film est lauréat de la bourse du Talent Lab-2016 du Doc Circuits Montréal (RIDM).

Nicolas-Alexandre Tremblay

 

Stéphane Trottier

Co-réalisateur

 

Présence :

 

3 février : À partir de 14 h 30, lors de la Cérémonie de clôture, Salle Jean-Marc-Dion

 

Après avoir complété un DEC en Media Arts au CÉGEP de JohnAbbott, Stéphane Trottier poursuit un parcours en réalisation à l’École de Cinéma et Télévision de Québec. Fort de son expérience à travailler sur différents plateaux de télévision et de publicité, il cofondera la boîte de productions vidéo PROD24 ainsi que les studios à écrans verts LBV Studio. Au cours des années, Stéphane réalisera au travers de PROD24 des dizaines de films d’entreprise, de publicités et vidéos web en tout genre en plus de continuer à travailler à la pige sur divers plateaux de cinéma et de télévision. En 2018, il coréalise son premier long-métragedocumentaire Les Coasters diffusé sur les ondes de TV5/Unis TV.

 

 
Stéphane Trottier